Menu supérieur

  •  

/ Formation

Menu gauche

search



Formation au Ministère

Pour ceux qui désirent être formés en vue de répondre à une vocation, un cycle de trois ans de formation est proposé à Anduze. Une formule à distance est également possible.

Un comité est chargé d’étudier les candidatures. Il est demandé aux postulants d’avoir déjà fait preuve d’un engagement au sein de leur Église locale et d’être recommandés par elle. Le temps de cette formation est partagé entre l’étude de la théologie, l’apprentissage de l’hospitalité et du travail en équipe. Ceux qui s’engagent dans le diaconat pourront travailler dans diverses branches, au service des Églises et des centres d’accueil.

En ce qui concerne la théologie, un partenariat établi avec la Faculté de Théologie Réformée Évangélique d’Aix en Provence permet d’obtenir une équivalence pour ceux qui, ayant fait la formation à la Mission, désirent ensuite valider une licence.

Version d'août 2008.

Table des matières

Exhortations préalables

Le But

A qui s'adresse t-elle ?

Différents types de formation

Programme - Cours

Programme - Devoirs

Programme - Autres

Quelques exhortations préalables ou « manuel de l’étudiant »

Publié le jeudi 07 août 2008

Notre accueil

Tout en plaçant notre confiance en Dieu et notre espérance dans notre destinée céleste, il nous incombe d’oeuvrer sur la terre selon la vocation que Dieu nous a adressée dès le départ et qui constitue le fondement de notre Mission : « Ce que tu as entendu, confie-le à des hommes fidèles qui soient capables à leur tour de l’enseigner à d’autres… »

Nous accueillons la jeunesse qui s’engage comme un grand encouragement pour notre travail et c’est avec beaucoup de reconnaissance que nous recevons chaque nouvel étudiant, prenant son engagement à nos côtés comme un espoir pour l’avenir.
Aussi veillerons-nous à ce que chaque étudiant ne perde pas son temps et que ces années consacrées à plein temps pour l’oeuvre de Dieu soient vraiment utiles pour sa vie et son futur ministère. Dans ce but, nous souhaitons que chacun exprime librement ses attentes, ses questions ou inquiétudes concernant cette formation dès qu’il en ressent le besoin. Nous nous efforcerons d’y répondre au mieux, en gardant une relation proche et fraternelle qui permettra de mieux discerner l’appel de chacun. Tout collaborateur qui se sent appelé à s’associer ensuite à notre travail le fera après avoir compris et accepté la vision de la mission ainsi que sa doctrine[1]. Aucun n’est redevable de ce qu’il a reçu, mais chacun s’engagera de la manière qu’il choisira, selon sa conviction devant le Seigneur.

La théologie

La formation théologique est indispensable à la pérennité d’une oeuvre et à son développement. Elle permet à chacun de fonder sa foi sur un socle solide afin d’apprendre à se situer face aux multiples contradictions du monde séculier ou religieux. La connaissance approfondie de la Parole de Dieu nous permet de discerner les fausses doctrines ou fausses prophéties.

Un tronc commun permet de réunir l’ensemble des candidats autour de l’étude de sujets indispensables à connaître. En effet, chacun devrait avoir les moyens de répondre à quiconque l’interrogerait sur sa foi. C’est dans le but de servir au mieux le peuple de Dieu et tous ceux que Dieu appelle à lui qu’un tronc commun d’enseignement théologique sera imposé.

Chacun peut témoigner de sa foi sans pour autant être appelé à débattre ou à enseigner. C’est pourquoi nous proposons à ceux qui se sentent appelés à l’enseignement, ou plus précisément à un ministère pastoral, de faire une formation théologique plus approfondie en collaboration avec la faculté de théologie d’Aix en Provence. Il nous semble juste de tirer profit des différents ministères que Dieu a donnés à son Eglise, et celui de docteur est un apport indispensable pour qui veut être formé à l’enseignement. Nous sommes reconnaissants de cette possibilité qui nous permet de garder en même temps notre propre système de formation.

La connaissance de la saine doctrine structure et fonde la foi mais elle seule ne suffit pas. Notre vie est basée sur la révélation de la Parole qui est une révélation supérieure à la compréhension humaine. La théologie est morte en elle-même, elle a son importance dans la mesure où elle reste à sa juste place c'est-à-dire un instrument et non un appui, ni le fondement de notre confiance. C’est pourquoi nous insisterons davantage sur la formation spirituelle personnelle qui consiste à connaître le Seigneur d’une manière plus intime et vivre de Lui en tant que disciple.

Le coeur du serviteur

La grâce d’être appelé

Paul exhorte Timothée à se fortifier dans la grâce[2], manifestation magnifique de l’amour de Dieu envers nous. C’est avec reconnaissance que nous la recevons. Servir Dieu n’est pas un cadeau que l’on ferait à Dieu mais une faveur imméritée qui nous est accordée. Le créateur nous a parlé, le souverain maître nous a choisis du milieu du monde pour être témoins de sa gloire ! Servir Dieu est un privilège, un devoir et la réponse à un appel. Comprendre cela conditionnera tout notre engagement chrétien. C’est précisément dans ce domaine que l’enfant de Dieu doit se fortifier : la confiance dans la grâce. D’elle seule il tire son courage et sa force.

La grâce de souffrir

Lorsque Paul exhorte Timothée, il le prépare à la pensée de souffrir :« souffre avec moi »[3].
La souffrance est inhérente à la vie d’un serviteur de Dieu. Plutôt que de la fuir, il doit la considérer comme une grâce qui lui est accordée. Ainsi, il suit le chemin de son modèle : le Fils de Dieu, serviteur souffrant, qui a porté l’opprobre jusqu’à mourir sur la croix. Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. Nul n’obtiendra l’héritage promis s’il n’accepte pas de partager les souffrances du Christ car c’est aussi cela la communion avec lui.[4]

Un serviteur ne fait pas ce qu’il désire, il ne pose pas ses conditions en jugeant de l’utilité de ce qui lui est demandé. Si un homme veut être formé à l’image du disciple selon le Seigneur, il doit accepter d’être instruit et de combattre selon les règles. Je ne sais pas mieux que mon maître ce dont il a besoin et comment il doit m’utiliser! L’oeuvre de Dieu représente bien un combat : celui des ténèbres contre la lumière, et Paul parle bien de combattre suivant les règles. Ce combat implique l’engagement de tout l’être. Dieu a choisi des hommes pour agir en son nom, mission qui ne peut se vivre en dilettante. Il y a donc des conditions à remplir, et des comptes à rendre. Notre tête ne sera pas couronnée si nous n’avons pas combattu suivant les règles, nous ne remporterons pas de victoire si nous n’avons pas combattu en acceptant de payer le prix.

Dieu ne s’est pas engagé à nous laisser jusqu’à la fin de notre vie possesseurs de nos biens, de notre ministère et des bénédictions dont nous avons été l’objet. La possibilité de perdre et de subir l’opprobre fait partie des souffrances qu’un disciple doit apprendre à accepter. Le combat est dangereux, engendre des souffrances, mais nous le menons dans l’obéissance de la foi sachant que le Seigneur a déjà remporté la victoire.

La grâce de se consacrer

La grâce qui nous sauve nous enseigne la consécration. Nous ne pouvons porter témoignage sans consécration ni suivre le Seigneur sans renoncement. Notre ministère peut être imbibé de désirs ou d’ambitions qui ne sont en réalité que les transpositions de nos convoitises mondaines. Or, tout comme l’amour, la consécration commence par un renoncement : ne faut-il pas par exemple renoncer aux autres femmes pour en aimer une ?
Nous ne pouvons être rachetés de l’empire des convoitises pour chercher sans cesse à les satisfaire. Le serviteur de Dieu apprend à se détourner de ce qui lui plaît, à renoncer aux appétits de la chair, qu’ils soient légitimes ou non. Ne sera délivré du péché que celui qui accepte de livrer son coeur et son corps.

Nous disons facilement vouloir consacrer notre coeur mais consacrer notre corps implique un abandon total, c’est notre ultime propriété ! Perdre ainsi le pouvoir sur nous-mêmes pour livrer notre être entier au Seigneur constitue ce que Paul appelle le culte raisonnable[5]. D’aucuns considéreraient cette perte d’autonomie comme dangereuse, mais c’est à Dieu que nous nous soumettons et non au jugement des hommes. Ainsi notre corps n’est plus instrument de nos désirs mais il est livré au Seigneur comme arme pour la justice. Nous connaissons tous difficultés et péchés, mais nous marchons avec persévérance dans la purification. Si nous voulons être utiles au Maître, acceptons les conditions qu’il nous enseigne dans sa Parole.

Apprendre à servir ensemble

Devant Dieu

Servir le Seigneur, c’est aussi et surtout servir ses frères. La reconnaissance et le soutien sont les marques d’une juste relation fraternelle. L’oeuvre de Dieu comporte une globalité (une église, une mission etc..) et une individualité. Chacun accomplit sa tâche, y manquer nuit à l’ensemble. Nous sommes tous redevables les uns aux autres sans pouvoir toujours rendre ce que nous avons reçu. Le travail des autres et leur service envers nous sont parfois non- monnayables. La vie est souvent ingrate, les hommes oublient de manifester l’attention, la reconnaissance. La vraie récompense est donc celle que le Seigneur nous réserve car notre oeuvre est pour le Roi.

La comparaison de la quantité, la qualité, l’aspect honorifique de la charge, nous plongent dans le complexe ou l’orgueil. Lorsque Paul dit qu’il a servi plus que tous, c’est une manifestation de reconnaissance envers la grâce de Dieu accordée malgré la noirceur de son péché. Toute comparaison ne peut être qu’injuste car j’agis par la force que Dieu me donne pour ce qui m’est demandé, je ne peux donc me comparer à l’autre à qui Dieu n’a pas nécessairement demandé la même tâche. Celui qui avait 10 talents ne s’est pas comparé. Il a fait fructifier ce qu’il avait reçu. Conscient de la valeur du bien confié, il a agi en fonction de cet honneur. Celui qui n’en a reçu qu’un s’est comparé et il ne l’a pas fait fructifier.

C’est celui qui travaille qui portera du fruit, chacun aura sa récompense selon son labeur. Le résultat n’est pas le fruit d’un hasard mais en relation avec le prix payé et le renoncement accepté. Travailler plus est donc un privilège et non une injustice car plus grande sera la récompense. Il est donc inutile d’évaluer et de comparer son travail car chacun aura à rendre compte pour lui-même.

Dans la solidarité et l’amour

Nul ne sait ce que le Maître a accordé à chacun. Je vais aider l’autre à porter sa charge et je rendrai des comptes pour la mienne[6]. Je regarde l’autre uniquement dans le but de le soulager et non de le juger ou de faire le travail à sa place. Je reste sensible à sa charge en vue de le soutenir tout en assumant ma responsabilité dans ce qui m’a été confié.
La plupart du temps, nous avons à cet égard deux tendances : soit nous sommes préoccupés uniquement de notre ministère et de l’impact que nous pouvons avoir (ce qui nous rend indifférents à la charge de l’autre), soit la jalousie nous pousse à épier l’autre pour le juger.

Dans la confiance mutuelle.

Les réunions d’équipe matinales ont tout d’abord été créées en vue de prier, de partager les fardeaux mais aussi les fruits avec tous ceux qui, par leur service pratique, contribuent au travail spirituel. Ces échanges permettent ainsi à chacun d’être renouvelé dans la vision de l’oeuvre et prendre conscience de ce à quoi il participe. Elles permettent de mener ensemble le combat pour ceux qui nous sont confiés. On y apprend à rendre compte de notre travail pour ne pas agir de manière indépendante, à soumettre nos avis les uns aux autres dans le but de trouver une direction commune.

C’est avant tout une réunion de travail qui ne concerne que l’équipe engagée. Rapporter à l’extérieur les propos tenus entre nous, dans un contexte de réunion de travail et d’intimité entre collaborateurs constituerait donc une trahison.

Ce qui doit être dit doit l’être clairement et fermement afin de prendre la mesure des dangers et de la gravité de certaines situations, en vue de combattre avec efficacité et en vérité.

Conclusion

La base d’une vocation est l’amour pour le Seigneur et son oeuvre, il se manifeste par l’amour envers les frères et prioritairement ceux placés à nos côtés. L’expérience a souvent montré qu’il est difficile de travailler en équipe de manière soudée. L’amour est une notion théorique et si peu vécu au sein même des écoles bibliques et encore moins entre collaborateurs dans l’Eglise. Comment pouvoir espérer porter du fruit sans véritable communion dans le combat ? Nous apprenons donc à travailler ensemble, non comme des salariés ou des collègues temporaires, mais comme de vrais amis, purifiant notre coeur de tout ce qui s’y oppose naturellement. Dans cette marche, il est parfois nécessaire d’exposer sa vie à la lumière car comment combattre efficacement les ténèbres en conservant des ténèbres dans nos coeurs ?

Amour et vérité, ce tandem indissociable est le ferment d’un témoignage efficace. C’est ainsi que nous préparons le terrain pour la proclamation de la Parole par laquelle tout est créé. Nous cherchons à vivre ce que nous prêchons afin que la Parole ait toute sa puissance dans nos bouches. Toute la structure, l’organisation, nos activités et ce qui concerne notre formation sont orientés dans ce but : favoriser la propagation de la Parole afin que le plus grand nombre soit sauvé !

Notes
  1. Ph. 2:2. « ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée »
  2. 2 Tm. 2:1.
  3. 2 Tm. 2:3.
  4. Lc. 22:28. « vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves, c’est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur »
  5. Rm. 12:1. « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable »
  6. Ga. 6:5.

Le But

Publié le mercredi 13 juin 2007

Former des collaborateurs, les préparer à l’évangélisation, au service de la Parole, au diaconat, afin qu’ils deviennent des serviteurs et des servantes de Dieu au sein des églises et partout où le Seigneur les enverra. Nous avons à coeur d’aider à la formation personnelle dans un esprit de collaboration étroite au sein des équipes et en contact permanent avec ceux qui les ont précédés.
Ils pourront ainsi profiter de leur expérience et être préparés à conduire d’autres au Seigneur, puis les soutenir efficacement dans leur vie chrétienne.

A qui s'adresse t-elle ?

Publié le mercredi 13 juin 2007

Les étudiants peuvent être issus de différentes églises. Nous sommes prêts à collaborer avec tout chrétien ayant le désir de conformer sa vie et son ministère à toute la Parole de Dieu. Sont concernés tous ceux qui ont déjà fait leurs preuves dans la vie chrétienne et sont engagés dans l’église. Ils doivent répondre à un appel du Seigneur à se consacrer à son service.

Tous les cas seront examinés séparément en relation avec la vocation, la situation familiale et professionnelle du postulant. Il est demandé au candidat d’avoir obtenu un diplôme ou d’avoir une expérience professionnelle.

Les fiancés ou conjoints devront accepter pleinement cette orientation.

Différents types de formation

Publié le mercredi 13 juin 2007

Formation à plein temps

L’étudiant s’engage à se consacrer à plein temps pour une période de trois ans.

Il participera à toutes les activités au sein de l’équipe de collaborateurs de la mission à Anduze. Il devra accepter les déplacements qui lui seront demandés dans les autres assemblées au cours de sa formation. Il acceptera également les principes de vie de la maison et l’autorité des responsables de la mission.

Formation décentralisée

- Toutefois, ceux qui le peuvent ont la possibilité de valider leur formation plus tôt (4 ou 5 ans) à partir du moment où ils ont suivi tous les cours et les devoirs qui leur sont demandés.

- Ceux qui n’ont pas pu assister à certaines cessions de cours peuvent les rattraper lorsque le cycle de 3 ans reprend. S’ils n’ont pas pu se rendre à certaines cessions durant la durée totale du cursus, ils devront écouter les enregistrements.

L’étudiant à distance choisira lui-même son rythme de travail chaque année. Une sorte de contrat avec les responsables de formation permettra de fixer le nombre de devoirs qu’il compte rendre par trimestre. Le rythme peut être réévalué chaque année, ce qui permet de s’adapter à la situation de chacun tout en gardant comme but de faire la totalité du programme sur 6 ans : (Par exemple les 19 devoirs de dogmatiques et 22 devoirs bibliques pour la formation option enseignement).

  Plein temps Décentralisée
Première
année
1 an 1 an
4 semaines de cours 2 semaines de cours
Participation à tous les camps / travail pratique ... 2 camps
5 devoirs dogmatiques / 7 bibliques 5 devoirs dogmatiques / 2 bibliques
cycle conférences cycle conférences par audio
  Enseignement Diaconat Enseignement Diaconat
Deuxième
année
2 ans 2 ans 5 ans 5 ans
8 semaines de cours 6 semaines de cours 10 semaines de cours 6 semaines de cours
Cours facultatifs à valider Dispensé des cours facultatifs cours facultatifs à valider (cd ou policop) Dispensé des cours facultatifs
Tous les camps Tous les camps 2 camps / an 3 camps / an
14 dogmatiques
15 bibliques
29 bibliques 14 dogmatiques
18 bibliques
34 bibliques
conférences   conférences audio  

Programme de formation - Les cours

Publié le mercredi 13 juin 2007

Ils sont donnés sur un cycle de quatre ans à raison de quatre semaines intensives par an pour ceux qui suivent le cursus normal. Ceux qui suivent le programme allégé sont dispensés des cours facultatifs et assistent donc à 3 semaines de cours par an. Ils concernent les deux types de formation.

La semaine comprend des journées de 5 heures réparties sur 4 jours 1/2. Le programme de chaque semaine sera communiqué à l’étudiant à l’entrée de sa formation. Voici le tableau récapitulatif des différentes matières.

Cours de doctrine

  • Doctrine de Dieu • 16h • Luc WARNON
    La connaissance de Dieu – Le mystère de Dieu (nature et être, révélé par ses attributs).
  • Doctrine du péché et de la rédemption • 23h • Luc WARNON
    Le débat universel sur le mal – La réalité du péché – Préparation au salut – Accomplissement du salut ou oeuvre objective - Application du salut ou oeuvre subjective.
  • Doctrine du Saint-Esprit • 20h • Luc WARNON
    Sens, emploi, désignation du mot – Nature du Saint-Esprit – Chronologie biblique ou histoire du Saint-Esprit – Doctrine apostolique du Saint-Esprit.
  • Doctrine de l’Eglise • 8h • Renaud FESTAL
    Les sens du mot Eglise – La pose de la première pierre – La naissance de l’Eglise – L’Eglise locale – Les dons ou les charismes – les ministères particuliers – Les missions locales.
  • Inspiration et autorité de la Bible • 9h • Renaud FESTAL
    La révélation – La théopneustie – L’inerrance ou la pleine inspiration des Ecritures – La transmission du texte – Le canon.
  • Herméneutique • 5h • Luc WARNON
    L’origine et l’histoire de l’herméneutique – Les principes de l’herméneutique.
  • Le retour de Jésus-Christ • 12h • Jean Martin WEHREY
    Les trois grands systèmes d’interprétation – Fondements bibliques du pré-millénarisme et controverse eschatologique – Les événements de la fin.

Théologie pratique

  • Théologie pastorale • 24h • Daniel ISSARTE
    L’esprit du service chrétien – Le travail en équipe, l’interdépendance – L’exercice du ministère ou l’attitude du serviteur (discernement dans l’aide aux personnes, prédication, soumission-autorité…).
  • Commentaires bibliques • 48h • Daniel ISSARTE
    Extraits choisis de : Esaïe, 1ère épître aux Corinthiens, épître aux Hébreux, épître aux Romains.

Introduction à la Bible

  • Introduction à l’Ancien Testament • 32h • Franck BELLOIR
    * De la Genèse à Josué – textes et canon de l’AT – Introduction au Pentateuque, les livres de la Genèse au Deutéronome
    * De Saül à l’exil.
  • Introduction au Nouveau Testament • 20h • Franck BELLOIR
    La naissance d’un peuple – Le monde romain – Les évangiles synoptiques – Les écrits johanniques – La vie de Paul – L’Eglise postcanonique.
  • Introduction aux Psaumes • 7h • Renaud FESTAL
    Origine et ancienneté des Psaumes – Le Texte – Les genres littéraires – Les thèmes principaux – Application et portée des Psaumes.

Histoire

  • Les pères de l’Eglise • 14h • Jean Martin WEHREY
  • Histoire de la Réforme • 30h • Jean Martin WEHREY
    Les causes profondes de la Réforme – Les précurseurs – Luther et l’organisation de la Réforme luthérienne – Jean Calvin et la Réforme calviniste – l’époque de la Contre-Réforme – L’évolution et la solidité du protestantisme.
  • Histoire de l’Eglise au Moyen Âge • 8h • Franck BELLOIR
    En cours de création...
  • Les Protestants en France de 1789 à nos jours • 22h • Franck BELLOIR
    Les mouvements de réveil – Les protestants et la vie publique – Une théologie en évolution – Karl Barth – Expansion du néo protestantisme – les différents mouvements.
  • Histoire des missions • 28h • Jean Martin WEHREY
    L’évangélisation dans les persécutions – L’extension du christianisme jusqu’au Xème siècle – La Mission à l’apogée de la puissance papale – Le choc de la Réforme – La Mission contemporaine.

Apologétique

  • L’islam • 5h • Jean Martin WEHREY
    L’arabie préislamique la Djâhiliya – Mahomet – L’essor de l’Islam – La civilisation Islamique – Le témoignage chrétien parmi les musulmans.
  • Les religions orientales • 9h • Jean Martin WEHREY
    * Le bouddhisme : le Bouddha – L’évolution du bouddhisme – le bouddhisme en occident.
    * Le shintoïsme : l’animisme et ses développements – Les mythes – La recherche de la pureté – Le clergé et les sanctuaires – Le culte de l’empereur et les shintoïsmes – L’influence du bouddhisme – Le Japon et le christianisme.
    * Les arts martiaux .
  • Catholicisme et orthodoxie • 9h • David GUTSCHER
    En cours de création…
  • Le chrétien et la politique • 10h • Jean Martin WEHREY
    La légitimité de l’autorité politique – La théologie politique, origine et aboutissement – Le pacifisme et la non-violence – La question du serment – Le chrétien et l’écologie.
  • Science et foi • 10h • Jean Pascal SANCHEZ et Joseph ZEHR
    En cours de création
    Création et évolution, les termes du débat actuel – Questions d’éthique médicale (euthanasie, avortement, contraception…).

Ethique

  • Ethique de la famille • 30h • Daniel ISSARTE
    Sexualité – Mariage – Education des enfants.

Note : Ces cours sont aussi ouverts à d’autres personnes dans la mesure où elles exercent une activité dans l’Eglise et sont envoyées par elle. Elles s’engagent alors à suivre le cycle complet des cours. Si, pour des raisons personnelles ou familiales, elles venaient à s’absenter, elles doivent le signaler.

Programme de formation - Les devoirs

Publié le mercredi 13 juin 2007

Deux sortes de devoirs devront être rendus régulièrement :

  • Les devoirs bibliques
  • Les devoirs de dogmatique

Devoirs bibliques

Ils permettent d’aborder la plupart des livres de la Bible en trois ans. Chaque devoir concerne un livre en particulier. Deux ou trois questions permettent d’en guider l’étude. Pour ceux qui sont formés à la Mission, une bibliothèque comprenant tous les ouvrages de référence est à leur disposition. Les responsables seront disponibles pour répondre à toute question théologique personnelle ou autre.

Trois heures par jour seront réservées à l’étude de ces devoirs (hormis les périodes de camps). Les devoirs devront être rendus régulièrement selon le programme établi (une, deux ou trois semaines suivant les devoirs).

Pour la formation décentralisée, l’assiduité dépendra du temps dont chacun disposera. Il est cependant préférable de suivre la chronologie du cycle, quitte à laisser certains devoirs au passage (les mêmes sujets seront ainsi corrigés en même temps).

Numéro Livre Nombre de
semaines
Dogmatique
1 Matthieu 3  
2 Néhémie 2 n°8
3 Lévitique 2  
4 Osée 2 n°9
5 1 et 2 Timothée 2  
6 Daniel 2  
7 Josué 2 n°10
8 Ephésiens 2  
9 Amos 2 n°11
10 Deutéronome 2  
11 Philippiens 2 n°12
12 Jérémie et Lamentations 3  
13 Malachie 2 n°13
14 2 Corinthiens 2  
15 Juges 2 n°14
16 Ecclésiaste 1  
17 Job 2  
18 Nombres 2 n°15
19 Jean 3  
20 Epîtres de Jean 1  
21 Jude 2 n°16
22 Epîtres de Pierre 2  
23 Sophonie 2 n°17
24 Joël 2 n°18
25 Colossiens 2  
26 Galates 2  
27 Agée 2 n°19
28 Tite 1  
29 Proverbes 2 n°1
30 Genèse 4  
31 Ruth 2 n°2
32 Jacques 1  
33 1 et 2 Thessalonissiens 3  
34 Exode 2 n°3
35 Apocalypse 3  
36 Philémon 2 n°4
37 Marc 2 n°5
38 Actes 2  
39 Esther 2 n°6
40 Psaumes 2 n°7
41 Luc 2  

Devoirs de dogmatique

Il nous a paru bon d’encourager les étudiants à pénétrer l’univers vaste et complexe de la dogmatique. Ces devoirs seront sous forme de questionnaire portant sur des extraits choisis d’ouvrages théologiques. Notre équipe pédagogique les a sélectionnés en choisissant les textes qui lui paraissent les plus fidèles à la doctrine orthodoxe, issue de la Réforme. Ces lectures, loin d’être exhaustives, enrichiront néanmoins le vocabulaire des futurs pasteurs, leur permettront d’avoir une vue d’ensemble des diverses théologies et les aideront à parvenir à « la rectitude de la pensée » biblique.

  1. Introduction à la théologie dogmatique
  2. La Doctrine de Dieu • 1ère partie • La connaissance de Dieu
  3. La Doctrine de Dieu • 2ème partie • La nature de Dieu
  4. La Doctrine de Dieu • 3ème partie • La nature et les oeuvres de Dieu
  5. La Doctrine de Dieu • 4ème partie • Les décrets de Dieu et la Trinité
  6. L'Ecriture Sainte • 1ère partie • La Théopneustie
  7. L'Ecriture Sainte • 2ème partie • Inerrance et Herméneutique
  8. Les créatures • 1ère partie • L'Angélologie
  9. Les créatures • 2ème partie • L'Anthropologie
  10. Le Péché et la Rédemption • 1ère partie • Le Mal et le Péché
  11. Le Péché et la Rédemption • 2ème partie • La préparation et l'accomplissement de la Rédemption
  12. Le Péché et la Rédemption • 3ème partie • L'application de la Rédemption
  13. Le Péché et la Rédemption • 4ème partie • La portée du Salut
  14. La Christologie • 1ère partie • La Divinité de Jésus-Christ
  15. La Christologie • 2ème partie
  16. La Doctrine de l'Eglise • 1ère partie • La nature de l'Eglise et ses marques
  17. La Doctrine de l'Eglise • 2ème partie • L'organisation de l'Eglise
  18. La Doctrine du Saint-Esprit
  19. Eschatologie - La question délicate du Millénium

Programme de formation - Autres domaines

Publié le mercredi 13 juin 2007

Le travail pratique

Durant les périodes de camps, le candidat participera à toutes les activités.

Les collaborateurs en formation décentralisée s’y associeront autant que possible.

Vie d’équipe

Tous les repas sont pris en commun (excepté le mercredi).

Chacun est tenu de participer aux méditations bibliques du soir.

Les relations entre tous les collaborateurs seront fraternelles, voyant en l’autre un frère et un ami et non un copain.

Détails pratiques

Le logement et la nourriture sont fournis gratuitement à la maison d’accueil à Anduze et dans les différents centres. Les besoins personnels (argent de poche, vêtements) sont à la charge des candidats.

Orientation et service

Tout au long de la formation, nous nous appliquerons ensemble à écouter le Seigneur en vue de discerner la vocation de chacun. Chaque candidat s’appliquera à se conformer aux décisions prises en commun.

Nous tenons à préciser que la Mission ne s’engage pas à accorder une place à chacun. Les étudiants n’assistent à la réunion missionnaire qu’à partir de la deuxième année. A l’issue de la formation, le statut de « collaborateur » leur sera attribué uniquement sur décision du comité.


|
|