Menu supérieur

  •  

/ Parole partagée / Témoignages par écrit / Vers la liberté...

Menu gauche

search



précédant haut suivant

Vers la liberté...

Comment Patrick est devenu un homme nouveau...

A vingt trois ans, Patrick réalise son rêve : partir en Amérique... La vie lui sourit et il espère bien en profiter! Son départ fait suite à des études en génie électrique jugées ennuyeuses, et à des « petits boulots » sans intérêt pour lui. Le voilà qui étudie les lettres et décroche une maîtrise par son travail. Fort de ce succès, il continue à enseigner le français.

En Géorgie, la vie lui plaît. Mais un drame éclate. Patrick divorce. Les amis et une relation sentimentale lui font passer ce mauvais cap. A nouveau tout paraît réussir. Le monde des idées, des lettres et des arts lui ouvre des horizons. Il est heureux. Ce bonheur dure un peu plus de deux ans. Au fil du temps, néanmoins, il ressent dans l'âme comme une lourdeur, une souffrance inconnue jusqu'alors, mélange d'inquiétude, de spleen, de malaise moral, de dépression qui s'intensifie au contact de certains écrivains. L'oeuvre de Julien Green lui rappelle l'existence du mal, du ciel et de l'enfer. Vivre est douloureux, mourir ? ... La vie si brève ! La mort le harcèle. Lecture, méditation et écriture deviennent des refuges. La littérature, fuite et rappel de la réalité, l'incite à chercher la renommée. Patrick renoue avec la poésie. L'écriture des poèmes est pour lui un plaisir. A ceci s'ajoute l'apprentissage de la peinture. Prenant des proportions insoupçonnées l'art devient sa raison de vivre. Cependant, Patrick poursuit ses cours et continue le cycle universitaire dans l'espoir de devenir professeur d'une université américaine.

De temps à autre, sa compagne aborde le sujet du mariage... Déjà divorcé, Patrick ne croit plus au mariage. Il ne veut pas ou ne peut pas s'engager. Catastrophe, elle le quitte.

A présent, Patrick est seul, et cela par sa faute. Il s'en veut. Fallait-il reconstruire une vie à deux ? Il ne connaît pas d'autre remède que l'oubli par le travail et les sorties. Les plaisirs d'autrefois lui semblent bien insipides. Où est le remède à la blessure de son âme ? Dans sa recherche angoissée, il feuillette les grands thérapeutes : Freud, Jung, Fromm, Franck,... L'astrologie, la méditation orientale, la pensée positive et ainsi que d'autres pourvoyeurs d'illusion frappent à la porte de son coeur. Patrick s'inscrit en cours d'astrologie. Cauchemars, insomnies et visions d'horreur le hantent. Ces portes qu'il a ouvertes donnent sur le vide, la mort, l'enfer.

Ses seuls contacts désormais sont des artistes marginaux. Dans le coeur de Patrick, c'est la tourmente. La révolte y déferle. La détresse et l'injustice criante de ce monde le font hurler. Pourquoi tant de folie, de laideur, d'hypocrisie ? Ce monde n'est-il qu'une cynique et absurde mascarade ? Patrick démissionne de l'université. C'est l'impasse dans sa vie. L'avenir serait pour lui fait de voyage, de créativité et de liberté.

Après cinq années aux Etats-Unis, Patrick retourne en France, déçu, brisé, amer, le coeur vide, aspirant à chasser l'ennui de son existence par un voyage en Océanie. Une voix jamais entendue lui parle : « Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ». Des chrétiens lui ont parlé de Jésus-Christ et lui ont cité ce passage des évangiles. Qui sont-ils ? Ils ont l'air heureux d'un bonheur qu'il ne connaît pas. Ils possèdent quelque chose d'insaisissable qu'ils tentent de faire partager. Ce ne sont pas des témoins de Jéhovah. « Tout cela me surprend » dit Patrick, « mais j'y crois ». Une parole de Saint Paul le bouleverse profondément : « Le salaire du péché c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur ».

Ebranlé, exclu dans le monde, il se sait aussi exclu du Ciel. Que doit il faire pour être sauvé ? A genoux, Patrick supplie : « Jésus-Christ, je t'ouvre mon coeur : entres-y ! »

Une paix merveilleuse répond à cette prière et envahit son coeur... Jésus-Christ mort pour les péchés du monde entier répond aussi à son cri de détresse. « J'avais besoin du Sauveur » s'exclame Patrick. « Heureux l'homme à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné ».

Arraché au tourment, au désespoir, Patrick a voulu que son témoignage serve d'exemple pour d'autres. Voici ce qu'il écrit aujourd'hui :

" Que de moments délicieux après tant de trouble et de malheur ! Tout est si vrai, si frais, si pur, si serein. Il n'y a de bon que Dieu seul. Introduit dans la communauté des croyants, j'y trouve encore plus de paix et de soutien.

Ecoutant la voix de Dieu exprimée dans la Bible, je comprends que mes malheurs passés étaient la conséquence de mes fautes, et que si Dieu m'a infligé son châtiment, Il a surtout utilisé la souffrance comme un creuset pour m'humilier et m'attirer à Lui.

L'Eternel, juste, bon, miséricordieux et compatissant ne s'est pas contenté de révéler mes fautes, Il les a pardonnées et effacées. « Le sang de Jésus purifie de tout péché ». Il a aussi guéri mon âme malade et mon esprit aliéné. J'expérimente depuis, quand je m'humilie devant Lui, qu'Il me relève et me libère de la domination d'esprits mauvais, d'obscures puissances de mort, de la magie qui influençait mon caractère et perturbait mon existence.

Comme Caïn, meurtri dans l'âme, ma douleur incurable nourrissait autrefois la vengeance et le meurtre, désormais, Dieu ayant mis ma plaie à nu m'a guéri entièrement.

Depuis, lire la Bible est devenu la nourriture de mon âme. Cette lecture me rafraîchit tandis que je découvre mon Créateur. Il est mon Maître, mais aussi mon Père. Je Le crains maintenant. Il prend soin de moi. Je sais désormais que la pratique du mal et la vie hors de sa volonté m'ont conduit dans le malheur. J'en ai honte. Je m'étais pris pour un dieu, cela m'a rendu fou. Je me repens d'avoir vécu comme un impie, au gré de mes pensées. Je ne peux que bénir le Père céleste de m'avoir délivré de tant de troubles moraux, psychiques et sexuels. Il rassasie l'âme languissante, délivre des angoisses, délie des liens de la mort et sauve le malheureux...

Aujourd'hui, j'ai repris un travail, fondé un foyer et je suis père de trois enfants !

« Le jour où je vous purifierai de vos iniquités, les ruines seront relevées. » a dit Dieu dans la Bible (Ezéchiel 36v33). Quel cadeau ! J'ai découvert dans l'Eglise une famille qui pratique la charité, la foi, l'espérance. "

« Quiconque a soif, qu'il vienne aux sources de la vie, afin que son âme vive ! ».

« J'étais malheureux, mais mon Dieu m'a sauvé ; il a délivré mon âme de la mort... »

précédant haut suivant

|
|

Right menu